Ras-le-bol du lobbying ! part 2

Voici la réponse de la société qui édite la petite brochure dont je vous parlais dans mon billet du 1er juillet :

"Bonjour Madame S.......,
Nous avons porté attention à votre e-mail du 1.07.2011 et nous souhaitons y apporter des éléments de réponses.
L'appellation "lait maternisé" n'est effectivement plus autorisée pour une utilisation commerciale du terme. Dans le cas de notre brochure, nous n'entrons donc pas dans ce cas de figure. Toutefois, nous sommes sensibles à votre remarque et allons modifier nos articles en utilisant le terme de lait infantile.
 Nous pouvons nous réjouir : le terme lait maternisé sera remplacé par le terme "lait infantile". Pour autant, ce terme est-il approprié ? Pour ma part, j'aurais préféré le terme "lait artificiel" ou "préparation pour nourrisson" plus proche de la réalité. 
L'allusion au fait que la brochure n'est pas commerciale est à mon avis non recevable : une brochure portant la marque de la pharmacie vendant des laits artificiels a bel et bien un impact commercial. Non ???

L'utilisation du terme "lait maternisé" a été privilégié plutôt comme un terme "générique" afin qu'il puisse être compris de tous. En aucun cas, il ne reflète une position marquée de Giropharm au sujet de l'allaitement.
Ben voyons ! les mères seraient-elles dénuées de cervelles au point qu'il faille utiliser des termes plus faciles à comprendre ? Le terme "lait artificiel" n'est-il pas plus clair ?
De plus, en tant que groupement de pharmaciens, nous nous attachons à travailler en partenariat avec nos pharmaciens qui sont eux-mêmes en contact avec les patientes et futures mamans, directement sur le terrain.
Là, je ne vois pas le rapport ?
Ainsi, lors de leur travail quotidien, les pharmaciens en tant que professionnels de santé de proximité, préconisent l'allaitement maternel en priorité mais sont également tenus de répondre aux différentes questions des jeunes mamans y compris sur l'alimentation du nourrisson par le lait infantile. Les différents éléments évoqués dans nos brochures émanent de question jeunes mamans, fréquemment posées à l'officine. Nous nous devons de pouvoir répondre à toutes les questions même si la préconisation reste le lait maternel. D'ailleurs, nous commençons l'article de notre brochure L'équilibre alimentaire des nouveau-nés et l'allaitement par "votre lait est le plus adapté pour répondre et s'adapter aux besoins nutritionnels de votre bébé" ou encore l'article Biberon ou Allaitement, disponible sur Internet, par " ...le meilleur lait reste encore celui de la mère...".
OK, mais dans ce cas,il faudrait une brochure aussi épaisse qu'un dictionnaire s'il faut répondre à TOUTES les questions posées par les jeunes mamans !
De plus, la dernière phrase laisse penser que c'est un choix de cette  société de mettre en avant l'allaitement alors qu'il n'en est rien, le Décret no 98-688 du 30 juillet 1998 est très clair : 
"Article premier : " Toute documentation à but d'information ou d'éducation, tant écrite qu'audiovisuelle, portant sur l'alimentation des nourrissons et établie à l'intention des femmes enceintes ou des mères de nourrissons ou de jeunes enfants ou à l'attention des personnes s'occupant des problèmes nutritionnels des nourrissons et des jeunes enfants doit comporter des informations sur :
a) Les avantages et la supériorité de l'allaitement au sein ;
b) La nutrition de la mère et la façon de se préparer à l'allaitement au sein et de le poursuivre ;
c) L'éventuel effet négatif sur l'allaitement au sein d'une alimentation partielle au biberon ;
d) La difficulté de substituer un allaitement au sein à une alimentation utilisant des préparations pour nourrissons ;
e) En cas de besoin, l'utilisation correcte des préparations pour nourrissons, qu'elles soient industrielles ou confectionnées à domicile. Dans ce cas, cette documentation doit également faire état des incidences, notamment financières, de cette utilisation, signaler les dangers pour la santé de l'emploi d'aliments ou de méthodes d'alimentation inadéquates et, en particulier, de l'utilisation incorrecte de ces préparations. Cette documentation ne doit contenir aucune image de nature à présenter l'utilisation de préparations pour nourrissons comme la solution idéale. "
Concernant le sujet des creuvasses, votre avis nous intéresse. En tant que consultante en lactation, nous aimerions savoir si vous avez des solutions à apporter - que nous pourrions éventuellement relayer - à toutes les mamans pour lutter contre les éventuelles creuvasses et sécheresses cutannées, et qui complèteraient nos conseils ?
Quelle drôle de façon d'écrire crevasse !  Plutôt que de "compléter leurs conseils", je leur proposerai bien de suggérer aux mères de consulter une consultante en lactation IBCLC en cas de problème de crevasse (oui, d'accord, je prêche pour ma paroisse !)

Nous vous prions de bien vouloir accepter nos sincères salutations.
Bien cordialement,
L'équipe G.........."

Ras-le-bol du lobbying !

Ce matin, en allant à la pharmacie, quelle ne fut pas ma surprise de découvrir 2 petits livrets :  "l'équilibre alimentaire des nouveau-nés et l'allaitement" et "la première année de bébé" ; je m'attendais à y trouver des perles, mais pas de si grosses, jugez plutôt !!!

- "Cela (l'allaitement) doit cependant correspondre à une réelle envie de votre part, ne culpabilisez pas si vous préférez opter pour les laits maternisés !"

Le terme "lait maternisé" est interdit en France depuis l'arrêté du 11 Janvier 1994 (modifiant l'arrêté du 1er Juillet 1976), mentionnant entre autre que : "l'emploi des termes "humanisé", "maternisé" ou de termes similaires est interdit", mais la société qui publie ces brochures ne semble en avoir cure ...

J'imagine bien le même discours avec "ne vous culpabilisez pas de fumer quelques cigarettes si vous vous sentez stressée ou de boire un verre de vin de temps en temps ... (pourtant, ce discours serait sans doute moins néfaste pour le bébé mais ... pas politiquement correct en 2011 !)

- " Lait en poudre (même si maman allaite, il faut toujours une boîte de secours et un biberon stérilisable): Votre pharmacien vous proposera une gamme de lait adaptée aux besoins de l’enfant." Ben voyons ! encore une fois, cette mention contrevient à l'arrêté du 11 janvier 1994.

- "Buvez environ 2 litres de liquides par jour, afin de pouvoir produire suffisamment de lait." Ce n'est pas bien méchant comme suggestion me dire-vous, sauf que l'info est erronée (on ne fabrique pas du lait avec de l'eau, mais à partir du sang) et de nombreuses mères boivent des litres d'eau en espérant ainsi fabriquer plus de lait alors qu'elles auraient pu demander de l'aide à une personnes qualifiée en allaitement afin de comprendre pourquoi elles avaient une baisse de lactation.

- "Certains aliments sont à éviter tels que : L’artichaut, le persil, le cerfeuil… qui empêchent la lactation. Les choux et les aliments difficiles à digérer qui peuvent provoquer des problèmes de digestion et de ballonnements chez votre bébé dont l’estomac est encore fragile." Avec des telles injonctions, l'allaitement risque d'être vu comme extrêmement contraignant. De plus, quelques brins de persils dans une salade ne coupent pas le lait et ni l'artichaut, ni le cerfeuil n'ont de vertu coupe-lait.

- "PAS DE BOISSONS ALCOOLISES" : Certes, la consommation d'alcool est à limiter pendant l'allaitement,  mais insister ainsi avec des majuscules amène les femmes à sevrer pour pouvoir participer à des moments festifs ce qui n'est pas franchement intéressant du point de vue bénéfices/risques (il y a plus de risques à nourrir un bébé avec du lait artificiel qu'à prendre un verre de vin ou de bière de temps à autre, rappelons-le).


- "Il est important de bien nettoyer le bout du sein après chaque tétée avec de l’eau ou bien une goutte de lait." faux. Cela n'a aucun intéret (sauf celui d'apporter quelques germes sur la peau du mamelon !) et montre encore une fois l'allaitement comme contraignant !


- "Pour autant, l’allaitement comporte quelques désagréments : disponibilité 24 h/24 (même si la mère peut « tirer » son lait et le conserver au réfrigérateur), impossibilité de prendre certains traitements médicamenteux qui peuvent s’avérer néfastes pour l’enfant, car de nombreuses molécules passent dans le lait." : FAUX ! de nombreux traitements sont compatibles avec l'allaitement.

et encore :
- "Le biberon et les laits maternisés = Un bébé qui ne prend pas suffisamment de poids malgré des tétées répétées, un lait “pauvre”, une maman qui ne peut assumer l’allaitement par peur ou gêne, des douleurs mammaires, une contre-indication médicale ou tout simplement un manque de disponibilité …autant de circonstances qui amènent à choisir le biberon.
Fort heureusement, les laits maternisés permettent désormais de faire face aux besoins physiologiques de l’enfant. Le biberon permet également de “libérer” la mère, lorsque le père prend en charge les biberons nocturnes. Une implication du père qui va installer une nouvelle relation avec l’enfant
"
Le lait artificiel est encore une fois idéalisé et le lait maternel dénigré ! Comment le lait d'une mère pourrait-il être "pauvre" ? Le bébé qui ne prend pas de poids ne peut-il pas recevoir le lait de sa mère autrement ? Les contre-indications médicales sont-elles si courante qu'il faille les citer ?

Autre point :  sur le tableau des aliments : jusqu'à 1 an, on voit apparaitre le lait maternel qui disparait dès le début de la deuxième année, au profit des laits de croissance ou 2ème âge alors que l'OMS préconise un allaitement de 2 ans et plus.

Et aussi :
Les laits de croissance sont très pratiques car ils peuvent être reconstitués à tous endroits. Les formats en boîte de 1,5 kg sont très économiques, pensez y !"  Encore une fois, le lait artificiel est idéalisé, en contradiction complète avec la législation française : "l'étiquetage des préparations pour nourrissons ne peut comporter aucune représentation de nourrisson ni d'autres représentations ou textes de nature à idéaliser l'utilisation du produit"; "la publicité ... ne doit contenir que des informations de nature scientifique et factuelle"loi n° 94-442, d'après la directive communautaire du 14 mai 1994.

J'ai écrit un beau mail au labo qui est à l'origine de ces livrets ... j'attends leur réponse ...

Quelle(s) alternative(s) au sein ?

Il peut arriver au cours de l'allaitement que le sein ne soit pas disponible pour le bébé : la maman est hospitalisée, il y a reprise d...