Ras-le-bol du lobbying !

Ce matin, en allant à la pharmacie, quelle ne fut pas ma surprise de découvrir 2 petits livrets :  "l'équilibre alimentaire des nouveau-nés et l'allaitement" et "la première année de bébé" ; je m'attendais à y trouver des perles, mais pas de si grosses, jugez plutôt !!!

- "Cela (l'allaitement) doit cependant correspondre à une réelle envie de votre part, ne culpabilisez pas si vous préférez opter pour les laits maternisés !"

Le terme "lait maternisé" est interdit en France depuis l'arrêté du 11 Janvier 1994 (modifiant l'arrêté du 1er Juillet 1976), mentionnant entre autre que : "l'emploi des termes "humanisé", "maternisé" ou de termes similaires est interdit", mais la société qui publie ces brochures ne semble en avoir cure ...

J'imagine bien le même discours avec "ne vous culpabilisez pas de fumer quelques cigarettes si vous vous sentez stressée ou de boire un verre de vin de temps en temps ... (pourtant, ce discours serait sans doute moins néfaste pour le bébé mais ... pas politiquement correct en 2011 !)

- " Lait en poudre (même si maman allaite, il faut toujours une boîte de secours et un biberon stérilisable): Votre pharmacien vous proposera une gamme de lait adaptée aux besoins de l’enfant." Ben voyons ! encore une fois, cette mention contrevient à l'arrêté du 11 janvier 1994.

- "Buvez environ 2 litres de liquides par jour, afin de pouvoir produire suffisamment de lait." Ce n'est pas bien méchant comme suggestion me dire-vous, sauf que l'info est erronée (on ne fabrique pas du lait avec de l'eau, mais à partir du sang) et de nombreuses mères boivent des litres d'eau en espérant ainsi fabriquer plus de lait alors qu'elles auraient pu demander de l'aide à une personnes qualifiée en allaitement afin de comprendre pourquoi elles avaient une baisse de lactation.

- "Certains aliments sont à éviter tels que : L’artichaut, le persil, le cerfeuil… qui empêchent la lactation. Les choux et les aliments difficiles à digérer qui peuvent provoquer des problèmes de digestion et de ballonnements chez votre bébé dont l’estomac est encore fragile." Avec des telles injonctions, l'allaitement risque d'être vu comme extrêmement contraignant. De plus, quelques brins de persils dans une salade ne coupent pas le lait et ni l'artichaut, ni le cerfeuil n'ont de vertu coupe-lait.

- "PAS DE BOISSONS ALCOOLISES" : Certes, la consommation d'alcool est à limiter pendant l'allaitement,  mais insister ainsi avec des majuscules amène les femmes à sevrer pour pouvoir participer à des moments festifs ce qui n'est pas franchement intéressant du point de vue bénéfices/risques (il y a plus de risques à nourrir un bébé avec du lait artificiel qu'à prendre un verre de vin ou de bière de temps à autre, rappelons-le).


- "Il est important de bien nettoyer le bout du sein après chaque tétée avec de l’eau ou bien une goutte de lait." faux. Cela n'a aucun intéret (sauf celui d'apporter quelques germes sur la peau du mamelon !) et montre encore une fois l'allaitement comme contraignant !


- "Pour autant, l’allaitement comporte quelques désagréments : disponibilité 24 h/24 (même si la mère peut « tirer » son lait et le conserver au réfrigérateur), impossibilité de prendre certains traitements médicamenteux qui peuvent s’avérer néfastes pour l’enfant, car de nombreuses molécules passent dans le lait." : FAUX ! de nombreux traitements sont compatibles avec l'allaitement.

et encore :
- "Le biberon et les laits maternisés = Un bébé qui ne prend pas suffisamment de poids malgré des tétées répétées, un lait “pauvre”, une maman qui ne peut assumer l’allaitement par peur ou gêne, des douleurs mammaires, une contre-indication médicale ou tout simplement un manque de disponibilité …autant de circonstances qui amènent à choisir le biberon.
Fort heureusement, les laits maternisés permettent désormais de faire face aux besoins physiologiques de l’enfant. Le biberon permet également de “libérer” la mère, lorsque le père prend en charge les biberons nocturnes. Une implication du père qui va installer une nouvelle relation avec l’enfant
"
Le lait artificiel est encore une fois idéalisé et le lait maternel dénigré ! Comment le lait d'une mère pourrait-il être "pauvre" ? Le bébé qui ne prend pas de poids ne peut-il pas recevoir le lait de sa mère autrement ? Les contre-indications médicales sont-elles si courante qu'il faille les citer ?

Autre point :  sur le tableau des aliments : jusqu'à 1 an, on voit apparaitre le lait maternel qui disparait dès le début de la deuxième année, au profit des laits de croissance ou 2ème âge alors que l'OMS préconise un allaitement de 2 ans et plus.

Et aussi :
Les laits de croissance sont très pratiques car ils peuvent être reconstitués à tous endroits. Les formats en boîte de 1,5 kg sont très économiques, pensez y !"  Encore une fois, le lait artificiel est idéalisé, en contradiction complète avec la législation française : "l'étiquetage des préparations pour nourrissons ne peut comporter aucune représentation de nourrisson ni d'autres représentations ou textes de nature à idéaliser l'utilisation du produit"; "la publicité ... ne doit contenir que des informations de nature scientifique et factuelle"loi n° 94-442, d'après la directive communautaire du 14 mai 1994.

J'ai écrit un beau mail au labo qui est à l'origine de ces livrets ... j'attends leur réponse ...

40 commentaires:

  1. bonjour
    je veux bien aussi l'adresse du labo !! j'accompagne tous les jours des mamans sur le chemin de la maternité et de l'allaitement et quand j'entends ce qu'on leur dit, ça me hérisse le poil !!!
    Ce type de publication est une provocation pure et dure à mon sens, on se croirait en 1970 !!!
    merci,

    RépondreSupprimer
  2. J'attends de lire avec impatience la réponse du labo !

    RépondreSupprimer
  3. Béa a dit "Sous préteste (affiché) de ne pas vouloir culpabiliser les mères qui on du mal à allaiter on fait finalement la pub du lait artificiel...édifiant!!!!"

    RépondreSupprimer
  4. Bravo: clair, net et précis?
    C'est qui Giropharm? C'est à eux que tu écris?

    RépondreSupprimer
  5. La dernière info figure sur leur site, je les ai contactés à ce sujet. Et toc

    RépondreSupprimer
  6. Après l’accouchement


    Comme lors de la grossesse, à plus forte raison en cas d’allaitement, le couple doit retrouver une nouvelle harmonie sexuelle.
    Après l’accouchement, 3 à 4 semaines au minimum sont nécessaires afin de retrouver la forme physique et psychique et d’avoir une régression des œdèmes génitaux et une cicatrisation suffisante (deux semaines au moins) en cas d’épisiotomie (incision chirurgicale du périnée).

    La rééducation périnéale aide également à retrouver des sensations lors des rapports sexuels avec un contrôle musculaire suffisant. Lu sur leur site:
    Lors des premiers rapports, une lubrification artificielle peut être nécessaire (gel) du fait d’une sécheresse vaginale liée à la carence en œstrogènes.

    Bon à savoir : en l’absence d’allaitement, une nouvelle grossesse reste possible avant le retour de couches.

    Pffff...

    RépondreSupprimer
  7. "à plus forte raison en cas d'allaitement, le couple doit retrouver une nouvelle harmonie sexuelle" !!! Je ne l'avais pas relevé celle-ci !!!! Les bras m'en tombent !Edifiant !

    RépondreSupprimer
  8. vraiment n'importe quoi leur brochure là !
    ça m'énerve de lire de telles âneries !

    RépondreSupprimer
  9. OMG!!! ça me rends folle ça!!! Et trop de gens pensent ainsi malheureusement. Moi une collegue(je suis infirmière...) m'a conseillé de faire analyser mon lait pour voir s'il était bon parce que sa fille a était obliger d'arreter d'allaiter parce que son lait avait tourné

    RépondreSupprimer
  10. Ces brochures sont vraiment ignoble et les pharmacies qui les proposent devrait se renseigner correctement ....

    RépondreSupprimer
  11. ça me donne la chair de poule des idioties pareilles!
    N'empêche, ma mère a arrêté d'allaiter ma soeur (il y a 14 ans de cela), car un médecin a jugé bon de faire analyser son lait. Bien sûr, c'est un petit échantillon de début de tétée qui a été prélevé. Conclusion : pas assez gras!!
    Et combien de pédiatres m'ont déjà dit de tirer un peu de lait de temps en temps avant une tétée pour vérifier qu'il n'est pas "trop clair" et donc toujours bien nourrissant...
    Tellement de préjugés encore à combattre...

    RépondreSupprimer
  12. Toujours pas de nouvelle de la société GXXXXXX qui a répondu à mon mail il y a 3 jours par "Bonjour,
    Nous avons bien pris note de votre email. Nous reviendrons vers vous dés que possible avec des éléments de réponse.
    Bien cordialement."

    RépondreSupprimer
  13. Bonjour
    avant de me faire insulter je tiens à préciser que j'ai allaité 10 mois...

    je vous trouve assez injuste car tout n'est pas à jeter dans cette brochure, attention à ne pas faire du "lobbying" pro allaitement non plus

    "Cela (l'allaitement) doit cependant correspondre à une réelle envie de votre part, ne culpabilisez pas si vous préférez opter pour les laits maternisés !"
    ok on ne doit pas dire "maternisé", mais si la maman ne veut pas allaiter, pourquoi la montrer du doigt? ça ne fera pas d'elle une mauvaise mère pour autant, laissons la donner le biberon sereinement plutôt que la forcer à donner le sein à tout prix et démarrer une relation pourrie avec son enfant qu'elle devra mettre au sein 10 fois par jour mini au début (jusqu'à 14 fois ici)

    "Les choux et les aliments difficiles à digérer qui peuvent provoquer des problèmes de digestion et de ballonnements chez votre bébé dont l’estomac est encore fragile."
    Mon fils a passé une très très mauvaise nuit après que j'ai mangé un cassoulet, le pauvre se tordait de douleur et n'arrêtait pas de péter, si ça peut lui éviter ça je veux bien me "priver" le temps que son estomac soit mature, ce n'est pas un si gros sacrifice

    "Pour autant, l’allaitement comporte quelques désagréments : disponibilité 24 h/24 (même si la mère peut « tirer » son lait et le conserver au réfrigérateur), impossibilité de prendre certains traitements médicamenteux qui peuvent s’avérer néfastes pour l’enfant, car de nombreuses molécules passent dans le lait." : FAUX ! de nombreux traitements sont compatibles avec l'allaitement.
    -> donc VRAI pour "CERTAINS traitements" et VRAI aussi pour la disponibilité 24/24 puisque allaitement à la demande

    "Le biberon permet également de “libérer” la mère, lorsque le père prend en charge les biberons nocturnes. Une implication du père qui va installer une nouvelle relation avec l’enfant"
    Effectivement, l'allaitement repose uniquement sur la mère, j'ai moi même arrêté d'allaiter car je n'en pouvais plus d'être une paire de seins sur pattes, je n'avais plus aucun plaisir à allaiter mon fils (chez nous pas de regards ennamourés comme sur les photos, il était là pour manger point), je n'attendais qu'une chose, qu'il accepte enfin le biberon pour que mes journées ne soient plus rythmées par ses besoins mais par les miens (bouh l'égoiste!!) pouvoir sortir de chez moi sans avoir la main sur le téléphone au cas où il faille rentrer d'urgence le nourrir, ou devoir tirer mon lait en prévision.

    quand au chapitre sur la sexualité après l'accouchement, OK l'allaitement ne change rien à l'affaire, mais vous avez réellement eu une grosse envie voire pris votre pied moins d'un mois après avoir accouché?! vous avez bien de la chance!!

    lorsque j'ai eu des soucis avec mon allaitement (pics de croissance, grève de la tétée, perte de poids...) la LLL m'a été d'un précieux secours, cependant quand j'ai décidé d'arrêté il n'y avait plus personne ni chez eux ni dans d'autres assoc, blogs, forums etc!!! on m'a dit que 10 mois ce n'était pas le bon moment (?!) et que je devrais quand même continuer! j'ai du galérer toute seule, avec mes doutes, mes angoisse et ma culpabilité. Culpabilité que vous entretenez en faisant croire qu'une maman qui n'allaite pas est une moins bonne mère que celle qui le fait.

    RépondreSupprimer
  14. Merci pour ce commentaire auquel je vais essayer de répondre point par point.

    "je vous trouve assez injuste car tout n'est pas à jeter dans cette brochure, attention à ne pas faire du "lobbying" pro allaitement non plus"
    Certes, tout n'est pas à jeter, mais le problème avec ce type d'écrit, c'est que les infos erronées sont délétères pour l'allaitement ce qui n'est pas franchement soutenant pour les mères.
    Le lobbying pro-alaitement n'existe pas car l'allaitement ne rapporte rien (à part aux vendeurs de tire-lait, de soutien-gorge ...), il n'y a donc pas de lobby pro-allaitement.

    "ok on ne doit pas dire "maternisé", mais si la maman ne veut pas allaiter, pourquoi la montrer du doigt? ça ne fera pas d'elle une mauvaise mère pour autant, laissons la donner le biberon sereinement plutôt que la forcer à donner le sein à tout prix et démarrer une relation pourrie avec son enfant qu'elle devra mettre au sein 10 fois par jour mini au début (jusqu'à 14 fois ici)" qui a dit qu'on montrait du doigt les mères qui n'allaitent pas ? Cela n'a rien à voir avec les termes "lait maternisé". Je ne comprends pas cette confusion entre INFORMER et CULPABILISER que l'on fait à mon goût un peu trop souvent.

    "Mon fils a passé une très très mauvaise nuit après que j'ai mangé un cassoulet, le pauvre se tordait de douleur et n'arrêtait pas de péter, si ça peut lui éviter ça je veux bien me "priver" le temps que son estomac soit mature, ce n'est pas un si gros sacrifice" OK, ça peut arriver, mais les problèmes d'intolérance au lait de vache ou au gluten sont aussi assez fréquents sans pour autant que ce soit indiqué dans cette brochure.

    "-> donc VRAI pour "CERTAINS traitements" et VRAI aussi pour la disponibilité 24/24 puisque allaitement à la demande" Le problème, c'est qu'il était indiqué que de nombreuses molécules passent dans le lait ; j'aurais apprécié une information plus claire.

    "Effectivement, l'allaitement repose uniquement sur la mère, j'ai moi même arrêté d'allaiter car je n'en pouvais plus d'être une paire de seins sur pattes, je n'avais plus aucun plaisir à allaiter mon fils (chez nous pas de regards ennamourés comme sur les photos, il était là pour manger point), je n'attendais qu'une chose, qu'il accepte enfin le biberon pour que mes journées ne soient plus rythmées par ses besoins mais par les miens (bouh l'égoiste!!) pouvoir sortir de chez moi sans avoir la main sur le téléphone au cas où il faille rentrer d'urgence le nourrir, ou devoir tirer mon lait en prévision." Oui élever un enfant est contraignant, que l'on allaite ou pas, je connais des mamans qui allaitent et qui sortent beaucoup et ont une vie sociale très riche et des mamans qui n'allaitent pas et qui se sentent littéralement "bouffée" par leur bébé.

    RépondreSupprimer
  15. "quand au chapitre sur la sexualité après l'accouchement, OK l'allaitement ne change rien à l'affaire, mais vous avez réellement eu une grosse envie voire pris votre pied moins d'un mois après avoir accouché?! vous avez bien de la chance!!" ce que je relevais, c'est la tournure de la phrase, vraiment tendancieuse "à plus forte raison en cas d’allaitement, le couple doit retrouver une nouvelle harmonie sexuelle." : pourquoi faudrait-il plus retrouver une harmonie sexuelle en cas d'allaitement ???

    "lorsque j'ai eu des soucis avec mon allaitement (pics de croissance, grève de la tétée, perte de poids...) la LLL m'a été d'un précieux secours, cependant quand j'ai décidé d'arrêté il n'y avait plus personne ni chez eux ni dans d'autres assoc, blogs, forums etc!!! on m'a dit que 10 mois ce n'était pas le bon moment (?!) et que je devrais quand même continuer! j'ai du galérer toute seule, avec mes doutes, mes angoisse et ma culpabilité. Culpabilité que vous entretenez en faisant croire qu'une maman qui n'allaite pas est une moins bonne mère que celle qui le fait."
    Là je m'inscris en faux : où voyez-vous que je culpabilise les mères ???
    En tant que Consultante en lactation, j'aide aussi les mères à sevrer QUAND ELLES LE SOUHAITENT,que l'enfant ait 3 semaines, 3 mois ou 3 ans, en leur donnant toutes les infos pour gérer au mieux ce sevrage et sans les culpabiliser.

    RépondreSupprimer
  16. Voilà ! j'ai reçu la réponse de Giropharm. Qu'en pensez-vous ?
    Bonjour Madame Steffan-Robert,

    Nous avons porté attention à votre e-mail du 1.07.2011 et nous souhaitons y apporter des éléments de réponses.

    L'appellation "lait maternisé" n'est effectivement plus autorisée pour une utilisation commerciale du terme. Dans le cas de notre brochure, nous n'entrons donc pas dans ce cas de figure. Toutefois, nous sommes sensibles à votre remarque et allons modifier nos articles en utilisant le terme de lait infantile.

    L'utilisation du terme "lait maternisé" a été privilégié plutôt comme un terme "générique" afin qu'il puisse être compris de tous. En aucun cas, il ne reflète une position marquée de Giropharm au sujet de l'allaitement.

    De plus, en tant que groupement de pharmaciens, nous nous attachons à travailler en partenariat avec nos pharmaciens qui sont eux-mêmes en contact avec les patientes et futures mamans, directement sur le terrain.

    Ainsi, lors de leur travail quotidien, les pharmaciens en tant que professionnels de santé de proximité, préconisent l'allaitement maternel en priorité mais sont également tenus de répondre aux différentes questions des jeunes mamans y compris sur l'alimentation du nourrisson par le lait infantile. Les différents éléments évoqués dans nos brochures émanent de question jeunes mamans, fréquemment posées à l'officine. Nous nous devons de pouvoir répondre à toutes les questions même si la préconisation reste le lait maternel. D'ailleurs, nous commençons l'article de notre brochure L'équilibre alimentaire des nouveau-nés et l'allaitement par "votre lait est le plus adapté pour répondre et s'adapter aux besoins nutritionnels de votre bébé" ou encore l'article Biberon ou Allaitement, disponible sur Internet, par " ...le meilleur lait reste encore celui de la mère...".

    Concernant le sujet des creuvasses, votre avis nous intéresse. En tant que consultante en lactation, nous aimerions savoir si vous avez des solutions à apporter - que nous pourrions éventuellement relayer - à toutes les mamans pour lutter contre les éventuelles creuvasses et sécheresses cutannées, et qui complèteraient nos conseils?

    Nous vous prions de bien vouloir accepter nos sincères salutations.

    Bien cordialement,

    L'équipe Giropharm.

    RépondreSupprimer
  17. "quand au chapitre sur la sexualité après l'accouchement, OK l'allaitement ne change rien à l'affaire, mais vous avez réellement eu une grosse envie voire pris votre pied moins d'un mois après avoir accouché?! vous avez bien de la chance!!"

    Euh, comment dire... Oui et oui!
    Alors soit je suis nymphomane et je l'ignore, soit je commence à croire que mon mari est vraiment un super bon coup! ^^ Mais je vous préviens à l'avance, il est marié et je le garde...

    Non, plus sérieusement, ça dépend beaucoup plus à mon avis des conditions de naissances que de l'allaitement. Trois enfants, tous allaités, premier accouchement horrible, deuxième naissance avec périnée intact, troisième naissance respectée. Et ça change tout, dans le corps et dans la tête...

    RépondreSupprimer
  18. Premier accouchement: 7 points à recoudre interne/externe (épisio) ; reprise de rapports 14 jours après.
    Deuxième accouchement: 2/3 points à causes de légères éraflures; reprise des rapports 1 mois après la naissance.
    Pour ce qui est du sexe je pense que l'accouchement à bon dos! Certaines ont peu de désirs avant et n'en n'auront pas plus après. Quand on a déjà peu envie de faire l'amour alors que ni enfant, ni fatigue ne vient perturber la vie idyllique du couple, il ne faut pas espérer qu'avec une naissance, la fatigue, la perturbation hormonale, la nouvelle famille à trois, j'en passe et des meilleurs, contribue à passer de folles nuits de sexe comme on a JAMAIS connu!

    Isabelle: j'aime bien comment ils retournent plus ou moins l'histoire de façon à vous faire passer pour une sauveuse donneuse de bons-conseils, pauvres gens eux n'y connaissent rien :( Comment dit(on déjà...Garder vos ennemies plus près de soi?

    Après pour ce qui est de la fatigue c'est TRES aléatoire. Ma belle-soeur par exemple biberonné son premier enfant au lait en boîte. Il était infernal, n'a fait ses premières nuits que vers 2 ans, elle n'n pouvait plus et était à la limite de la dépression.Son deuxième elle a voulut l'allaiter pensant qu'autant passer des nuits pourries au moins il ne prendrait pas autant de poids que le premier(au bout de 4 mois de biberons de lait en boîte il faisait 9 kilos alors qu'il était pile dans les normes à la naissance et qu'aucune hérédité ne le prédisposait à l'obésité infantile). Et qu'elle ne fut pas sa surprise de voir qu'à la sortie de maternité il faisait ses nuits!
    Beaucoup trop de personnes, professionnelles de la santé ou non,font rimer nuit tranquilles avec biberons alors que ca n'a strictement rien à voir, celà vient du besoin du bébé à dormir plus ou moins et non à l'allaitement ou à la richesse du lait maternelle.

    RépondreSupprimer
  19. NUITS TRANQUILLES ET ALLAITEMENT :
    J'ai allaité ma 1ere fille 4 mois et ma 2e 11 mois (sevrage naturel... Moi j'aurai bien voulu continuer, ms elle a décidé qu'il y avait des choses bien plus importantes ds la vie que les nénés de môman).
    Ma 1ere a fait ses nuits à la sortie de la maternité. Ma 2e s'est réveillée pr téter toutes les 2h jusqu'à 8 mois et demi!!! J'avais essayé (pr couper court aux idées reçues de mon entourage "ton lait n'est pas assez riche") de lui donner, certains soirs, des bib blindés de blédine : absolument aucun résultat : réveil 2h après!!!!

    ALCOOL ET ALLAITEMENT:
    Perso, j'ai eu qq prises d'alcool pdt mon allaitement. J'avais acheté des alcooltests pr lait maternel. Qd le test n'était pas bon, bah je donnais un bib de lait tiré (enfin, à éviter qd on n'est pas en production de lait automatique pr ne pas faire baisser la lactation). Ca concernait svt la 2e ou 3e tétée de la nuit.

    AU NIVEAU DE LA BROCHURE:
    qd on voit des articles pareils, faut pas s'étonner que de tels préjugés aient la vie dure! Pfff, ça fait 3 mois que je n"allaite plus (snirf) et j'en entends encore des vertes et des pas mûres "ouahhh, t'as été courageuse d'allaiter aussi longtemps " (euh, bah avec un bébé qui a mis 8 mois à faire ses nuits, j'étais bien contente de pouvoir roupiller pdt les tétées) "ma femme n'avait pas un lait assez riche" "je n'avais pas de lait" (c'est bizarre comme en france, alors qu'on a tt en surabondance, les femmes n'ont pas de lait. Ds certains coins du monde où on crève de faim et où on n'a pas d"'autre choix que l'allaitement, les femmes ont assez de lait pr pouvoir allaiter leurs niards jusqu'à 3 ans et en allaiter 2 en même temps... et ds les pays qui ont une vraie politique d'allaitement, les femmes ont, comme par magie, assez de lait... A moins que ça ne soit la chaleur de l'Afrique... ou le froid des pays nordiques lol)...

    Enfin, bref, plus ça vient, plus je pense à être bénévole ds une assoc d'allaitement (solidarilait par chez moi), parce qu"il y en a ras le bol que les femmes soient si sous informées en matière d"allaitement et puisse avoir accès à des conneries de brochures!!!

    RépondreSupprimer
  20. Allez, le seul point négatif à l'allaitement, pr moi, ça a été de ne pas pouvoir prendre certains médicaments... Je suis une angine ambulante l'hivers et pas possible de prendre des pastilles... Et l'homéo n'a eu aucun effet

    RépondreSupprimer
  21. En fait de très très nombreux médicaments sont compatibles avec l'allaitement, pour en savoir plus, il y a plusieurs pistes :
    - le CRAT : il suffit de rechercher le nom de la molécule sur le site http://www.lecrat.org/ qui donne toutes les infos utiles en cas de grossesse ou d'allaitement
    - les centres de pharmacogigilance qui répondent de façon très détaillée et recherchent ailleurs que dans le VIDAL si le médicament est compatible ou pas avec l'allaitement http://www.centres-pharmacovigilance.net/
    - la compilation des "Coins du prescripteur" des "Dossiers de l'allaitement" édités par LLLF : une vraie mine d'or !

    RépondreSupprimer
  22. Ancienne donneuse au Lactarium de Lille (jusqu'à un an, ils ne prennent pas au-delà, alors que j'allaite toujours ma fille de 2 ans et demi), je me bats contre l'idée que l'allaitement interdit toute prise d'alcool. Mon lactarium autorise jusque 2 verres par jour, alors qu'ils sont très à cheval sur un tas de choses, du fait que le lait va à des prémas. Quand j'ai envie de boire, je bois. De toute façon, si je suis avec ma fille, je ne vais pas me saouler et me bourrer la gueule!!!

    RépondreSupprimer
  23. Merci Hélène pour cette info très intéressante. Effectivement, savoir qu'un lactarium autorise un ou deux verres (de vin j'imagine, pas de Whisky ???) par jour permet de relativiser.
    Il me parait important à chaque fois qu'on envisage le sevrage pour "protéger" le bébé d'envisager les bénéfices vs risques : quand une mère décide de sevrer son enfant pour pouvoir prendre de l'alcool, du canabis ou que sais-je, dans quel état est-elle ensuite pour s'occuper de son enfant ? En lui indiquant qu'elle peut prendre un peu d'alcool ou fumer quelques cigarettes, ne protège-t-on pas davantage l'enfant ? En effet, la plupart des mères limitent d'elles-mêmes leur consommation pour ne pas intoxiquer leur bébé.

    RépondreSupprimer
  24. Ce genre de brochure est une vraie calamité. Je ne suis pas encore maman, mais issue d'une fratrie de 5 enfants ayant tous été allaités le plus longtemps possible (1 an en moyenne). Donc l'allaitement est le seul modèle que j'ai, je suis largement convaincue qu'il est le meilleur pour mon bébé quand il sera là (nous y travaillons activement^^) et c'est celui-là que je suivrai! Je voulais juste compléter au sujet de l'alcool: ma mère ne buvait pas d'alcool pdt l'allaitement à l'exception d'une bière de temps en temps (ou d'une coupe de champagne par ci par là): je l'ai toujours entendu dire que ça lui déclenchait des montées de lait. Je ne sais pas dans quelle mesure c'est scientifiquement prouvé mais elle a toujours dit que, dans certains moments où elle était fatiguée et que sa lactation était moins intense, elle s'autorisait une bière pour déclencher la montée, et ça a visiblement toujours fonctionné.

    RépondreSupprimer
  25. Juste une précision: "le plus longtemps possible" -> j'entends par là en fonction de la situation de ma mère à ce moment là. Si elle avait pu, elle aurait allaité plus longtemps jusqu'au sevrage naturel, elle l'a toujours dit.

    RépondreSupprimer
  26. Moi aussi ça m'interessait ce genre de brochure quand j'étais enceinte. J'ai rapidement déchanté : elles n'apportent rien. J'ai même pas tiqué sur le matraquage pro bib, j'ai juste trouvé leur discours très creux et toujours identique...

    RépondreSupprimer
  27. Tout simplement écoeurant.

    Ma belle-mère m'a sorti aussi que mon lait n'était pas assez riche, que je n'en avais pas assez, qu'avec la reprise du travail j'allai avoir trop mal au seins...
    Comme quoi ce sont des idées qui trainent depuis qq années (ma belle-mère a 70 ans) et qu'on continue à relayer. En pharmacie, en plus, là où on se dit qu'on va avoir une information scientifique et objective !

    RépondreSupprimer
  28. D'habitude je suis polie sur internet même si je ne suis pas d'accord avec la personne mais là, la seule phrase qui me vient à l'esprit que j'ai envie de sortir est: Tu es une pauvre conne.

    Qu'est-ce que t'en as à foutre que les autres n'allaitent pas. Qu'est-ce que vous en avez toutes et tous à foutre sincèrement?
    est-ce que si ta voisine grossit tu vas t'énerver parce qu'elle mange des cochonneries?
    est-ce que si Spécial K te dit que ses céréales t'aident à garder la ligne tu vas les et écrire un post sur ton blog en râlant et en n'ayant rien d'autre à faire de ta vie? (j'imagine que t'es bobonne à la maison...).

    Je suis tombée sur ton blog par hasard alors que je cherchais un lobby de lait MATERNISÉ pour y faire un stage.
    Au plus je lis des posts comme les tiens sur le lait artificiel, au plus j'ai envie de m'immiscer dans l'OMS et y faire entrer des scientifiques qui finiront par dire la vérité sur le lait: artificiel ou maternel c'est la même chose.
    tu serais incapable en voyant des enfants dans la rue de dire lequel a été allaité et lequel a été nourri au biberon.
    L'avantage c'est que la science progresse et un jour le lait artificiel sera même meilleur que le lait maternel.
    J'espère aussi que des hormones seront ajoutées à vos eaux du robinet qui stopperont les glandes mammaires ou empoisonneront votre lait.
    Bref le combat est perdu pour vous d'avance. C'est peut-être pour ça qu'on voit des armées de "bobonnes" se soulever récemment?

    Au fait la liberté de choix pure et neutre vous connaissez? Non.
    C'est pour ça que j'en suis devenue agressive.

    RépondreSupprimer
  29. Leya, il y a des femmes qui en pleurent de ne pouvoir allaiter leur enfant par manque d'information et de soutien ....!!
    personne n'oblige qui que ce soit a allaiter !
    Isabelle a le courage d'apporter son savoir-faire, ses connaissances a ces femmes qui en eprouvent le besoin. et cela, ca se respecte !

    RépondreSupprimer
  30. Leya: apprenez à écrire correctement, à être polie, renseignez-vous vraiment sur les bienfaits du lait maternel, et revenez commenter de façon sensée les articles. Vous rendez-vous compte que souhaitez à des femmes d'être empoisonnées?
    Votre commentaire m'écoeure et me révolte.
    PS: j'allaite et je bosse, à plein temps, bac+6. la "bobonne" vous salue bien.

    RépondreSupprimer
  31. Leya y va un peu fort, mais je trouve qu'elle a raison sur le fond. Le problème c'est que vous PENSEZ tout savoir sur l'allaitement et qu'en réalité vous subissez les manipulations de l'autre lobby...car oui la Leche League est bien un lobby, idéologique celui-là, il n'y a pas que les lobbys commerciaux vous savez...si vous allez sur les sites pro-ll américains, vous constaterez qu'ils sont très axés sur la religion. Pour ceux qui aiment la socio/l'histoire, vous admettrez qu'il n'est pas nouveau que l'on essaie d'utiliser la maternité, l'allaitement pour dominer les femmes. Vous savez allaitez ne confère AUCUN pouvoir, nous parlons de pouvoir économique, et c'est le leul qui compte réellement dans ce monde. En aucune façon le militantisme pro LLL n'est féministe. Ce qui ne signifie pas qu'allaiter est incomptatible avec le féminisme; nuance. Ce qui me gêne? Les statistiques manipulées par tous les organismes pro-LL, et l'amalgame avec l'OMS, qui promeut l'allaitement...dans les pays en voie de développement.
    Les pseudos "bienfaits" dont bien des allaitantes se rengorgent sont en fait assez minimes. Réels mais modestes. Le lait maternel protege des gastros; point. C'est tout ce qu'il peut proposer. Des métas études, d'autres études récentes, dont l'étude Kramer font état de résultats modestes. Donc il faut arrêter de parler de "bienfaits" sans savoir vraiment de quoi on parle. C'est bien pour cela que la plupart des BB nourris aux bib vont très bien, cela ne vous interpelle pas? Vous ne verrez pas de différence entre un bb allaité et un bb nourri au sein, alors si vous le faites, faites le parce que cela vous plait vraiment, et pas dans l'optique de donner un "vaccin" ou un médicament vital à votre enfant..

    RépondreSupprimer
  32. Leya, dans son langage à elle est très dure mais, même si l'on est ni pour ni contre à la base, rend très bien cette impression de jugements péremptoires de gens qui savent tout mieux que tout le monde. Au mieux cela fout encore plus la pression pour sa propre expérience d'allaitement (elles se lèvent très naturellement la nuit, les bruits du bébé qui dort à côté ne les dérange pas, le lait qui coule à le moindre excitation sexuelle non plus, elles sont en plus hyper épanouie et du coup ont bravé le baby blues ... super les filles; bref, l'allaitement serait aussi un peu idéalisé), au pire cela aurait l'effet inverse. On a pas forcément envie de demander de l'aide à quelqu'un qui ne veut pas croire que tu ne rassasie pas ton enfant, que quand tu tires 20 ml, c'est un max, que ton bébé suce bien mais qu'il s'endort, et que ce n'est pas une question de position, qu'à 3 mois, il tourne la tête et ne veut plus voir tes seins PARCE QUE CA NE L'INTERESSE PLUS. Le couplet sur "quand on n'a pas le choix on y arrive" est très culpabilisant et ne change au fond rien aux choses: je fais quoi? Je m'analyse des semaines entières, je pourris toute mes nuits et mes jours à entendre mon bébé pleurer et à vivre super mal de ne pouvoir le nourrir à sa faim. Et puis, grâce au biberon, mon petit a trouvé de la quiétude, et s'endormait moins en mangeant. Et, oui, il était en fait très grand à 6 mois! Mais c'était son besoin, son rythme de croissance, c'est tout son organisme qui réclamait cela. Cela n'a rien à voir avec le poids de naissance (il était totalement dans la moyenne). La croissance et son rythme sont le résultat d'un programme génétique et d'un environnement.

    Alors, oui, il y a une forme de lobby, celui d'une forme de supériorité de la femme, une forme particulière de féminisme qui confine au spécisme ou au naturalisme.

    RépondreSupprimer
  33. Que l'on allaite ou pas, les gens ont souvent un jugement péremptoire sur la façon dont dort (ou ne dort pas !) le bébé la nuit, l'usage de la tétine, les couches lavables ou jetables, les petits pots ou les purées maison etc. etc. etc.
    Je ne pense pas qu'on puisse parler de "lobby de l'allaitement" ou de "lobby du féminisme naturaliste" car il n'y a dans ces groupes aucune pression financière vers les politiques, contrairement aux industriels (ceux qui vendent du lait en poudre) qui eux ont les moyens financiers !
    Quand on vit un allaitement difficile, trouver du soutien n'est pas chose aisée, c'est certain !

    RépondreSupprimer
  34. Isabelle, si, il y a bien un lobby de l'allaitement, aux USA. La Leche League a bien influencé l'OMS, et est en passe de faire voter des LOIS aux USA en faveur de l'allaitement. Il s'agit donc d'un VRAI lobby. Par ailleurs, il y a également une forme d'action sur les mentalités, par le biais du lavage de cerveaux, études biaisées, qui sont relayées par des sites généralistes s'adressant aux mamans et font simplement du copier/coller du site de la LL. La LL est liées à la NABA, et voici ce qu'on trouve sur le site: "NABA has been working continuously with Rep. Carolyn Maloney’s office, raising their consciousness on breastfeeding issues to help expand it, on wording for proposed legislation, as well as suggesting speakers, testifying at hearings, and most importantly, getting the breastfeeding community involved. NABA works with other Senate and House offices on breastfeeding issues that can be inserted into various pieces of Federal legislation."
    Autrement dit, c'est bien du lobbying...mais d'une façon discrète et moins visible. Il n'y a pas que la LL, il y a de nombreuses agences impliquées dans ce lobbying. Ces militants sont plutôt chrétiens, et conservateurs...toute une idéologie. Alors attention et ne croyez pas que la LL, c'est juste un groupe de mamans sympas qui veulent aider d'autres mamans...

    RépondreSupprimer
  35. Et le lobby des laits artificiels ? Il a certainement beaucoup plus de moyens que LLL pour payer des études biaisées !

    RépondreSupprimer
  36. J'imagine bien le même discours avec "ne vous culpabilisez pas de fumer quelques cigarettes si vous vous sentez stressée ou de boire un verre de vin de temps en temps ... (pourtant, ce discours serait sans doute moins néfaste pour le bébé mais ... pas politiquement correct en 2011 !)


    Waouh, encore une qui s'est faite laver le cerveau par la leche league et autres lobby catho conservateurs américains, et qui se prend pour le sel de la terre parce qu'elle allaite. Comme ça a été dit plus haut, dans un pays développé vous ne ferez jamais la différence entre un bébé nourri au biberon ou au sein. Chacun fait ce qu'il veut, plus précisément les femmes font ce qu'elles veulent de leur corps, les mères qui ont choisi de ne pas allaiter sont suffisamment culpabilisées et harcelées comme ça pour que vous n'y ajoutiez vos bêtises mal documentées… Franchement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord avec le fait que chacune puisse faire ce qu'elle veut de son corps.
      Par contre, je conteste le fait d'être "mal documentée", surtout venant d'une personne qui ne s'appuie sur aucune étude et ne cite aucune source !
      Qui a le cerveau le plus lavé ?

      Supprimer

Quelle(s) alternative(s) au sein ?

Il peut arriver au cours de l'allaitement que le sein ne soit pas disponible pour le bébé : la maman est hospitalisée, il y a reprise d...