Les controverses de Jack Newman

Jack Newman était à Nantes ce week-end pour deux demi-journées sur l'allaitement.
Dimanche matin, j'ai pu assister à sa conférence sur le thème des controverses de l'allaitement. Conférence très dense, avec de multiples entrées : les  composants du lait maternel, l'hypoglycémie, l'ictère du nouveau-né, en passant par les représentations de l'allaitement et par la culpabilité.

Pas de lait standard à copier
Le lait maternel change toujours de composition, au cours d'une même journée et même dans un même sein a rappelé Jack Newman en confirmant son propos par une étude portant sur l'analyse du lait de différentes mères au cours d'une même journée et avec une photo très parlante de gouttes de colostrum au bout d'un mamelon : trois gouttes de 3 couleurs différentes. Comment alors copier le lait maternel comme semble pouvoir le faire les industriels ? Jack Newman aimerait répondre aux fabricants de préparations pour nourrissons qui se vantent de produire "le lait le plus proche du lait maternel" : mais de quel lait maternel ? celui produit à 9 heures de matin ou celui produit à 5 heures du soir ?

Sainte madone versus femme débraillée
Quelques photos extraites de revues médicales ont ensuite été analysées par notre conférencier : la femme allaitant son bébé avec le chemisier ouvert, le deuxième sein offert aux regards était mise en opposition avec la femme préparant un biberon, le regard baissé, la tenue sage. Pour amplifier son propos, il a ensuite collé sur les visages de ces mères préparant ou donnant un biberon, des visages de madones extraits de tableaux de la Renaissance : l'effet était saisissant!


L'expression du colostrum en fin de grossesse pour les femmes diabétiques
Toute une partie de la conférence était basée sur le risque d'hypoglycémie chez le nouveau-né. Il semble que ce risque soit largement sur-évalué par les professionnels se santé qui n'hésitent pas (au Canada tout au moins) à prescrire des compléments de lait artificiels à la naissance quand la glycémie est basse chez un bébé. Or, il semble bien qu'il est tout à fait physiologique pour un bébé en bonne santé d'avoir une glycémie haute à la naissance, puis basse dans les heures qui suivent pour ensuite remonter, qu'il soit allaité ou pas, qu'il reçoive du glucose ou pas. Prescrire du lait artificiel présente donc plus d'inconvénients que d'avantages car cela risque de nuire à une mise en place optimale de l'allaitement et induit chez la mère l'idée que son lait n'est pas suffisant.
Pour les bébés à risque (nés de mères diabétiques par exemple), Newman propose que leurs mères extraient du colostrum en fin de grossesse pour pouvoir en donner à leur bébé dans les heures qui suivent la naissance. Étonnant non ?

Difficile de résumer ici toute cette conférence si complète, pourtant d'autres thèmes ont été évoqués comme l'ictère qui est souvent associé au lait maternel alors que bien souvent, c'est la manque de lait maternel qui cause cet ictère (l'enfant "tétouille", ne tète pas efficacement, ne reçoit donc pas suffisamment de lait).

Une matinée riche en informations, en rencontres avec des animatrices LLL et des professionnels de santé qui ont à coeur de soutenir les projets d'allaitement des mères qu'elles rencontrent.

Quel sera le thème retenu pour l'an prochain ? Qui sera le conférencier ?

1 commentaire:

  1. Merci pour ce résumé Isabelle ! C'était une bien belle matinée en effet ! Bises

    RépondreSupprimer

Quelle(s) alternative(s) au sein ?

Il peut arriver au cours de l'allaitement que le sein ne soit pas disponible pour le bébé : la maman est hospitalisée, il y a reprise d...